historique

À l occasion de la sortie de l’album (le 18 septembre 2006) je fais beaucoup d' interviews, et comme des questions reviennent souvent sur les débuts, les différents moments, je me suis dit que ce ne serait pas mal d’essayer de faire un petit historique plus ou moins exhaustif. Je vais le démarrer aujourd'hui, et j’y ajouterai peu à peu…

 

Je suis arrivée en France à quatorze ans, j étais bilingue espagnol - anglais, mais je ne parlais pas un mot de français. J’ai dû apprendre très vite, pour reprendre les cours et m’intégrer, mais ça a finalement été assez long avant que je ne m’approprie vraiment la langue. C’est pour ça que, quand j’ai commencé à écrire, puis à chanter, mes textes étaient principalement en anglais, et aussi en espagnol. Les Stinky Toys étaient mes amis les plus proches, c’était pour moi la formule idéale, le groupe, le collectif. C’était le début de ma vraie vie, et les personnes avec qui j’ai partagé ça restent des personnes à part dans mon cœur, quels qu’aient été les événements par la suite. C' étaient des personnalités fortes, ce qui explique aussi la force que nous avions, malgré tous nos manques. Mais ce qui avait fait notre force, a provoqué la séparation. J’ai eu longtemps l’impression de faire tampon entre tous ces tiraillements, comme si j’étais la seule à vraiment vouloir que le groupe existe et continue, les autres voulaient tous faire d’autres choses, pour des raisons différentes, ils étaient à l’étroit. Le jour où j’ai arrêté de faire tampon, ça s’est arrêté. Comme pour les histoires de couple, ce n’est pas forcément celui qui dit « il vaut mieux que ça s arrête » qui a le plus envie d’arrêter. Là, c’était carrément le contraire. Les autres semblaient presque soulagés, sur le coup, de partir faire leur vie. Peut-être Bruno aurait été content de continuer, je ne sais pas, … Moi ça m’a brisé le cœur, c’était le pire chagrin d’amour, parce que je n’ai même pas compris tout de suite à quel point ça m’affectait, à quel point j’avais vraiment perdu quelque chose qui était idéal pour moi, qui me correspondait. Même si j’avais encore tellement à apprendre, j’avais découvert la musique, en tant que créateur. J’avais toujours plus ou moins écrit, même si j’avais surtout dessiné auparavant… mais avec les Toys je n étais plus spectateur, auditeur, mais acteur. Les autres membres du groupe démarraient tous plus ou moins, et avaient chacun leur façon d aborder leur instrument. Sur les riffs de guitare de Jacno souvent, mais parfois des autres, je trouvais des mélodies, et dans ces mélodies, j'entendais des mots, qui s’organisaient en phrases et ensemble on structurait les morceaux. Ça se faisait naturellement, spontanément… Et ce n’est que des années après, quand j’ai rejoué ces mêmes morceaux avec d’autres musiciens, qu on m’a fait remarquer la complexité, voir la sophistication de beaucoup de compos...

à suivre